Je ne pensais pas qu'un jour je m'entendrai dire une telle chose : Avoir une fille ... ça RoXxx !

Depuis toujours (bien avant d'avoir rencontré celui qui deviendrait l'homme de ma vie et le papa de mon enfant), je m'imaginais à la tête d'une joyeuse tribu de ptits zizis. Je crois que cette idée est venue me percuter en regardant un épisode de la série Malcolm et où je me suis reconnue à travers le personnage despotique et tyrannique de Loïs:

Quand je serai maman, je voudrais être comme elle !

Je suis issue d'une fratrie composée uniquement de filles et je n'ai que des cousines. Autant vous dire qu'à l'adolescence j'ai fait une overdose de poupées, de robes, de rose et de toutes nian-nianteries de la sorte, et que j'ai laissé mon coté rebel et garçon-manqué s'exprimer (enfin ça, c'était jusqu'à ce que les hormones viennent me chatouiller).
J'ai longtemps été dans l'optique que les filles c'était nul, c'était cul-cul la praline, c'était ennuyant à souhait et que la maternité n'était pas une chose faite pour moi.

Et puis je suis devenue tata !

C'est à ce moment que j'ai pris conscience que moi aussi j'allais peut-être porter la vie, que j'étais une femme. Et pleins de petits pieds sont venus agrandir la maison : j'ai eu plein plein plein de ... neveux ! Bon, parmi eux y a eu 2 ptites zezettes qui se sont glissées furtivement. Mais du coup, de voir mes soeurs avoir chacune un fils en ainé m'a réconscilié avec la maternité. Moi aussi j'aurai un petit garçon !

Et puis un beau jour, je suis tombée enceinte à mon tour ...

"Il était temps !" dirait ma famille. Je ne suis pas la petite cadette, en revanche j'avais un train de retard puisque toutes mes soeurs (la plus jeune y compris) avaient déja toutes 2 ptits marmots à leur compteur. Et c'est sans parler des copines de collège et de lycée ... Personnellement, j'étais loin de rentrer dans le jeu du "marathon des bébés"et d'en faire un parceque Truc ou Machine étaient enceintes. Je voulais attendre LE bon moment (le notre quoi ... le moment où on serait prêt).
Bref dès l'instant où j'ai appris qu'un petit passager cladestin avait élu domicile dans mon bidon j'étais persuadée que j'attendais un zizi (comme mes soeurs).
Et puis voilà... à 6 semaines de vie, mon bébé me detestait déja et m'en faisait baver : "Bonjouuuur les WC c'est encore moi, je viens (encore) vomir !". Mais j'ai très bien appliqué la politique de l'autruche en me disant "mais non, le fait d'être malade ça ne veut rien dire".

Et là le verdict tombe ... Félicitations c'est une fille !

Nous l'avons appris officiellement dès la première échographie. Avant d'entrer dans le cabinet je m'étais dit "le papa voulant une fille, quoi qu'il arrive, y en aura au moins un de nous deux qui sera heureux".
Lorsque le gynécologue nous a demandé si nous souhaitions connaitre le sexe, nous avons accepté et se regardant. Et contre toute attente, lorsque j'ai entendu le mot "fille" je n'ai absolument pas été déçue : j'étais heureuse !
Heureuse que mon bébé aille bien...
Heureuse que le papa le soit également.
Heureuse d'être l'exception qui confirme la règle : mon ainée sera une fille !

Et puis elle est née, et depuis ... c'est trop chouette !

J'appréhendais un peu sa venue, mon comportement vis à vis d'elle. Et tout s'est fait tellement naturellement. Me voilà devenue une maman bienveillante bien loin de l'image que je m'étais faite de moi-même. J'aime lui faire porter du rose, l'habiller avec de jolies robes et l'agrémenter de jolies accessoires. Celà n'en fait pas pour autant une nioniote puisque ma fille est un vrai bulldozer, un vrai petit clown. Je m'épanouie au quotidien avec elle et je me re-découvre. J'ai hâte de partager de jolies moments avec elle, en me disant que ce n'est pas parce qu'elle jouera à la poupée qu'elle ne pourra pas jouer au foot avec son papa.

Bref maintenant je peux le crier haut et fort : Avoir une fille ... ça RoXxx !!!