Y a quand même des trucs que je ne pige pas (ou alors je me pose trop de questions).
Je suis une jeune femme coquette, j'aime me bichonner, prendre soin de moi, me maquiller, m'inventer tout un tas de nouvelles coiffures, ... bref, j'adore être une fille et passer du temps (trop) dans la salle de bain !

Mais voilà ... ça c'était avant !!!

Et puis je suis devenue maman en décembre dernier.
Terminée la belle époque du "miroir mon beau miroir, dis moi qui est la plus belle". Trouver quelques minutes pour filer sous la douche tranquillement était devenu mon nouveau challenge quotidien. Je vous épargne l'épisode concernant l'épilation : un véritable yéti !!!
Et c'est là qu'elle est apparue, qu'elle est venue se greffer dans ma tête, qu'elle ne m'a plus lachée depuis plus de 6 mois maintenant : cette fichue question "Mais comment elle font les autres ?"

Au départ, j'avais l'impression de ne pas vivre, ni profiter de mon nouveau rôle de maman, mais plutôt de le subir. La maternité semble tellement beau et facile quand on l'entend de la bouche des autres. Mais voilà, la réalité, bien qu'elle ne soit pas des plus glamours, on nous la cache, on ne nous en parle pas, on ne nous dit pas tout !
Qui oserait se venter qu'elle va faire pipi avec son petit bout endormi dans l'écharpe ?
Qui oserait se venter qu'elle est devenue adapte des shampoings secs pour masquer ses cheveux aussi gras qu'une poële à frire ?
Bref les premiers mois c'était un peu le mode "survivor" à faire le necessaire pour être quelque peu présentable. Le temps passe et finalement on trouve son organisation.

Et puis arrive le moment où je décide de me faire belle et d'essayer mon nouveau rouge à lèvres couleur corail. Il est sublime, il me va tellement bien au teint ... enfin surtout au teint de ma fille quand je m'aperçois que je viens de lui en coller plein les joues en les embrassant.
Du coup l'éternelle question revient : "Mais comment elle font les autres ?"
Elles ne font pas de bisous ? Il faut obligatoirement investir dans un rouge à lèvres anti-traces hors de prix quite à y laisser un bras ?

En parlant de bras, je vais en venir aux mains, et plus précisement en abordant le sujet des ongles. Je dois l'avouer, je n'ai jamais été assez soigneuse pour qu'un vernis à ongles tienne plus d'une journée. Et avec mon métier (oui oui, avant mon congé parental, même si ça parait aussi loin que le Jurassic, je travaillais), je ne pouvais pas avoir les ongles longs. Cependant en ce moment, parfois, par envie (et par flemme de les couper) j'aime qu'ils aient une petite longueur. Jusqu'au jour où j'ai falli transformer ma fille en Corsaire de l'Espace en lui faisant une jolie balafre sur la joue (et c'est sans compter les autres faites lors du savonnage au moment du bain). Depuis, c'est retour à la case départ : les ongles longs ce n'est définitivement pas fait pour moi ! ....
"Mais comment elle font les autres ?"

Ma fille, parfois, confond mes cheveux avec des lianes et s'y accroche tel un ouistiti. J'avais entendu parler de la perte des cheveux rencontrée par la chute des hormones les mois suivants l'accouchement. Pour remédier à cela et parce qu'ils en avaient besoin, me voilà donc chez le coiffeur à les faire raccourcir d'une bonne vingtaine de centimètres. Mais voilà, apparemment ça ne suffit pas puisque mon bébé continue de se prendre pour Tarzan (et je continue de perdre mes cheveux). Du coup, je suis sans cesse obligée de les attacher.
Et rebelotte : "Mais comment elle font les autres ?"

 

Bref tout ça pour dire que je suis admirative de ces mamans qui arrivent à conscilier beauté et maternité. Bravo mesdames, vous arrivez à la faire et surtout, vous le faites bien !